Moulage

Le moulage est la toute première étape dans une fonderie d’art. L’objectif est la prise d’empreinte du modèle confié dans une masse permettant la reproduction dudit modèle.

Aujourd’hui on utilise une matière élastique pour la prise de la forme ce qui rend le moule plus résistant aux tirages multiple.

Après avoir apposé plusieurs couches de silicone, on renforce le moule avec une chappe en plâtre permettant la conservation de l’élément flexible dans une structure rigide. 

Le moule peut avoir plusieurs usage, il permet le tirage de sculptures en plâtre et en résine. Dans une fonderie d’art, on utilise le moule pour réaliser des tirages des modèles en cire.

Cire

L’atelier de cire est un terme générique recouvrant plusieurs opérations dans une fonderie d’art. 

A partir d’un moule, le cireur va produire une sculpture en cire par apposition de plusieurs couches. 

La première se réalise au pinceau. La cire chaude est à l’état liquide et est appliquée au pinceau. La qualité du bronze dépend grandement de cette étape car le cireur doit veiller à appliquer de manière homogène une pellicule tout en évitant de faire des bulles d’air qui viendraient altérer le modèle.

Les couches suivantes vont permettre de donner l’épaisseur à la sculpture en cire. Le tirage en cire sera in fine transposé en bronze, c’est pourquoi il est essentiel de veiller à ce que l’épaisseur ne soit pas trop importante, sans quoi le bronze serait trop lourd.

Enrobage

La technique de la fonte à la cire perdue nécessite de remplacer la sculpture en cire par du bronze. La conceptualisation du processus est plus complexe que sa réalisation concrète. 

L’enrobage est une étape de prise d’empreinte de la sculpture en cire. On va au préalable retoucher ladite sculpture : l’artisan intervient directement sue le modèle pour gommer les coutures laissées par la jointure du moule et retravailler les motifs comportant des défauts liés au tirage.

Le modèle près, le cireur va construire une canalisation en batônnets de cire appelés évent d’air ou jets, qui vont tous converger vers un même point. A noter que ce réseau, une fois fondu, facilitera la coulée du bronze dans chaque détail du modèle.

Le modèle et la canalisation, tous deux en cire, vont être enfermés dans un cylindre en matière réfractaire thermorésistante. 

Décirage

Les cylindres en plâtre contenant les sculptures en cire vont être enfermés pendant une semaine, pour les plus petits modèles, dans un four spécifique. 

La cuisson du cylindre doit avoir plusieurs effets. Le premier et principal objectif est de faire fondre la cire. La température de 600°C permet à l’intégralité du modèle et de la canalisation de se liquéfier laissant une empreinte en creux dans la masse du plâtre réfractaire.

Le second objectif est de complètement sécher le plâtre. Lors d’une fonte, le métal est chauffé à plus de 1000°C, s’il entre en contact avec un matériau dont la température et l’humidité sont trop éloigné, on risque des éclaboussure de bronze en fusion.

Fonte

Après une semaine de cuisson, les cylindres sont extrais du four de décirage  et préparés pour la fonte.

Le bronze va être chauffé dans un four de fusion à 1200°C pour assurer sa fluidité. Après avoir été nettoyé des résidus oxydés et autres dépôts indésirables, on va verser le bronze liquide dans l’espace laissé par la cire fondue.

Le bronze prend la place de la sculpture précédemment réalisé en cire qui est de fait perdue.

Ciselure

Après la fonte, la sculpture en bronze va être extraite du cylindre et nettoyé des résidus de matière réfractaire. Les canalisations en bronze vont êtres coupées, les cavités comblées et les éléments soudés. 

La tache du ciseleur consiste a retrouver les motifs du  modèle confié. Doté d’une grande panoplie d’outils, un artisan ciseleur va devoir s’adapter aux différents reliefs et produire ses propres accessoires en fonction des situations.

La sculpture ciselées, sa couleur se rapproche du doré et sa texture ne doit plus être poreuse et ou rappeuse. La main du ciseleur est l’organe de contrôle qualité de l’atelier de ciselure.

 

Patine

Ultime étape de la production d’une sculpture, l’atelier de patine apporte la couleur au bronze nature.

La Fonderie de Saint-Lubin pratique la patine dit à la flamme. Après une chauffe de la pièce au chalumeau, la pièce va être recouverte d’une couche de solution aqueuse. 

Couche par couche, le patineur va chercher la couleur désirée à travers un jeu de nuances et de densités. Chaque fonderie possède ses propre patine qui sont comme une signature.

  

3 Rue Fabre d’Eglantine

78460, Chevreuse

France

Email : admin@fonderiesaintlubin.fr

Téléphone : 0698709373

© Sacha GYG 2024